La librairie est morte, vive la... ?

La quoi ?
Le monde de la librairie vit une mutation sans précédent, le commerce électronique et la dématérialisation du livre .
Comment les libraires doivent-ils s'adapter à cette nouvelle donne ?
Si la librairie d'aujourd'hui est morte, alors quelle sera-t-elle demain ?

lundi 15 octobre 2012

Entre mobilité et connectivité

L'achat connecté

Le supermarché virtuel de Tesco dans le métro de Séoul les ventes en ligne auraient grimpé de 130% en 3 mois, et le nombre de clients e-commerce augmenté de 76%. L’application mobile aurait été téléchargée par 600 000 personnes...






Carrefour, le minimag. à la gare de Lyon Part-Dieu : aujourd'hui ce ne sont plus des QRcodes mais directement les codes-barres des produits  :



L'étape suivante est la reconnaissance par l'image : achat en un click à partir du papier, et autres fonctionnalités...
Voilà une solution intéressante puisqu'elle préserve l'idée du papier.
L'intérêt du catalogue papier est bien sûr la prise en main et la durée d'existence (quand celui-ci est bien fait) dans le foyer.
Combien de temps les catalogues de Noël en papier restent-ils sur nos tables ?
La rencontre du numérique et du papier semble ici aboutie dans le sens où, une sélection est déjà faite (le catalogue) et l'expérience d'achat est simplifiée.
J'avais déjà abordé le sujet dans mon billet "Réinventer l'objet livre"

Au client d'élargir son choix en se rendant sur le site web du commerçant.
Cette solution pourrait être idéale pour le libraire qui se doit de faire des sélections thématiques au travers de la production importante de livres.
Avec les solutions de scan par le mobile, dont j'ai déjà parlées, le client peut faire sa recherche  et son shopping en magasin avec une solution de paiement intégrée...

Mais ces solutions ne valent que si vous avez avec vous un site web qui tient la route. Or, le taux d'équipement des libraires en site d'e-commerce est, à ma connaissance de... 44%.
Etonnant pour une profession bousculée depuis bien des années maintenant par ce canal de vente : 4 milliards c'est le CA généré par internet dans le monde en 2011, à voir, ici.

Avec l'innovation qui s'accélère chaque jour, il est difficile d'imaginer la profession commerçante du livre sans site de ventes en ligne.
Mais comment faire alors que les investissements demandés sont importants ?
Mutualiser.
Il est peut-être temps que la librairie française prennent enfin de l'avance, qu'elle mutualise certains investissements afin de générer chez le client une image d'innovation sur la base de son métier : la vente de livre et de lecture et la satisfaction du client.
Car l'achat connecté de livres est pour demain...
En effet, ce que nous montre Tesco et Carrefour n'est autre que l'image du commerce (d'aujourd'hui) et de demain.
La librairie de demain ressemblera certainement à cela, un mur avec des images de couverture de livre que le client scannera après avoir eu le conseil du libraire... Ou pas.
En papier ? En numérique ? Les deux ?

L'étape suivante est l'impression à la demande (POD) que certains acteurs sont déjà en train d'explorer...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire