La librairie est morte, vive la... ?

La quoi ?
Le monde de la librairie vit une mutation sans précédent, le commerce électronique et la dématérialisation du livre .
Comment les libraires doivent-ils s'adapter à cette nouvelle donne ?
Si la librairie d'aujourd'hui est morte, alors quelle sera-t-elle demain ?

samedi 23 novembre 2013

La librairie connectée : objectif à atteindre (vidéo)

Qu'est ce qu'un magasin connecté ? L'exemple de Darty.

Cela fait quelques mois, voire quelques années (depuis 2011) que je vous parle de commerces connectés, de librairies cross canal ou omni canal...etc.
Et bien le déploiement est en cours dans le commerce en général.
Quid de la librairie ?
En commerce de biens culturels, la Fnac avait donné le ton sans vraiment me convaincre.
Nous avions aussi cité l'expérience de Milonga.

Cette fois-ci, c'est Darty qui frappe fort avec un concept beaucoup plus abouti, qui remet sur un pied d'égalité le vendeur et le client.
Il n'est pas difficile d'imaginer les avantages d'un tel système en librairie.

Traduction :

Web to store, store to web, digital store... Tous ces termes définissent la volonté de fusionner magasin et site web commerçant de l'enseigne.
Il est à noter que connecter un magasin ne suffit pas, il y a un travail sur le design/merchandising du magasin et que dire de la formation des vendeurs... Mais c'est un autre sujet.

Tout l'intérêt d'un magasin connecté est de présenter in situ son offre localisée, son coeur de l'offre.
Dans le vocabulaire de la librairie, on parlerait de fonds, du choix de référencement du libraire.
Le point fort d'un magasin connecté comme Darty, c'est de pouvoir s'appuyer sur un référencement supplémentaire (celui auquel le client accède sur le site web de l'enseigne), celui de la base logistique qui stocke l'ensemble des références Darty.
En clair, un vendeur peut avoir en magasin, 3 000 références mais pouvoir en proposer 10 000, stockées cette fois-ci dans ses entrepôts logistiques. Auparavant, les clients pouvaient s'informer sur ce référentiel et commander en ligne, le vendeur n'ayant, lui, accès qu'à la base générale sans pouvoir commander aussi rapidement que le client, voire n'avoir accès qu'à sa base magasin.
Aujourd'hui le vendeur a les mêmes outils que le client (un smartphone Galaxy Note) et peut naviguer avec la même efficacité que le client.
Enfin ! Me direz-vous !

Imaginez cela en librairie !
Il faudrait certes, que les libraires, quelque soit leur taille, aient accès à un stock disponible immédiatement, localement, pourquoi pas (des solutions existent).
Le but serait d'avoir un choix assumé en librairie (le fonds) tout en ayant une offre beaucoup plus large et plus puissante sur son site web, livrable en librairie (click & collect ou mortar), ou directement chez le client.
Moins de références en magasin permettrait de réduire le coût du stock et la surface, donc le loyer, d'aérer, d'espacer, bref de rendre la librairie agréable. Imaginez demain couplé avec le POD...

Etre équipé d'une borne ou d'une tablette change le rapport au client.
Le libraire n'est plus en face à face mais côte à côte avec le client. On ne se déplace plus vers un PC, on se promène en magasin avec son écran.
On peut consulter toutes les références (stock et prix en temps réel), supprimant ainsi la cloison entre le magasin et le web.
L'intérêt pour le libraire est double car depuis sa tablette il pourrait enfin conseiller la lecture numérique, voire faire les démonstrations dont les clients ont besoin en terme de eBooks enrichis.

L'idée de Darty de connecter les tablettes à des (grands) écrans en magasin est judicieux.
Souvent, les bons vendeurs parlent un peu fort, histoire de conseiller les autres clients à proximité. Avoir un écran, avec cette technologie du "projeté de fiche", permet au vendeur de montrer à son client mais aussi à ceux à proximité ! On n'a rien inventé comme je le dis souvent, mais adapté à un nouvel environnement, avec un nouvel outil.

Le point fort, à mon sens, est la connexion au système d'encaissement, le vendeur peut opérer la vente jusqu'au bout, en mettant le produit choisi au panier, soit le client règle auprès du vendeur en CB, soit le vendeur envoie l'information pour règlement en caisse.
Demain, tout sera réglé depuis le smartphone (technologie NFC).

Démonstration :



DARTY lance son magasin connecté par NEOMAG-TV
 
Un point qui semble manquer (à vérifier) : l'intégration des médias sociaux. Le vendeur, au-delà de son rôle de conseil rassurant le client, peut appuyer ses arguments sur les avis des clients Darty.
La boucle est bouclé.
Boucle car nous pensons que la chaîne de valeur du livre a tout intérêt à évoluer vers une boucle de valeur du li(v)re.

Demain la librairie connectée ?

Le livre et la lecture vous tiennent en joie !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire