La librairie est morte, vive la... ?

La quoi ?
Le monde de la librairie vit une mutation sans précédent, le commerce électronique et la dématérialisation du livre .
Comment les libraires doivent-ils s'adapter à cette nouvelle donne ?
Si la librairie d'aujourd'hui est morte, alors quelle sera-t-elle demain ?

samedi 13 juillet 2013

Un nouveau libraire is "borne" ?



Je reprends ici un billet d'Hubert Guillaud, concernant liseuses vs tablettes.

Et ce billet me pose la question du positionnement du libraire.
Encore, me direz-vous ?
Mais c'est bien l'objet de ce blog non ? ;)




Plusieurs phrases ont retenu mon attention :

  • "Les appareils à usage unique ont toujours eu du mal à rivaliser avec les machines plus polyvalentes, rappelle Nicholas Carr. "Le multitâche bat toujours l'unitâche."

Commentaire :  Cela me semble d'autant plus évident que nous sommes, nous humains, des êtres polyvalents. La machine s'adapte-t-elle à l'homme ou l'homme s'adapte-t-il à la machine ?

  • "Les gens veulent faire d'autres choses sur leurs appareils que seulement lire des livres". La polyvalence des tablettes l'a emporté."

Commentaire : ils les ont déjà (les gens), elles s'appellent les jeux vidéos, la télévision, le sport, un balladeur, les sorties... Sauf qu'une bonne partie se retrouve aujourd'hui dans une seule machine : la tablette (ou le smartphone).
Avantage ou inconvénient ?
La convergence des contenus vers un seul "device" ne va-t-il pas renforcer la proximité des contenus culturels, dont le livre et la lecture ?

  • "On a pu croire un instant que le marché des liseuses pouvait atteindre le grand public, il est demeuré réservé aux gros lecteurs... et va rester circonscrit à ceux-ci." 

Commentaire :  Tant mieux pour les libraires qui vendent des liseuses et qui doivent continuer. Mais là nous ne parlons que des livres "homothétiques", quid des livres dits "enrichis" ?
Et la montée en puissance des tablettes ne va-t-il pas orienter l'ebook vers plus d'enrichissement, c'est à dire, d'expérience de lecture, de connectivité embarquée dans l'ebook ?

  • "Reste à savoir maintenant, comment apporter la lecture à ceux qui ont des dispositifs leur permettant de tout faire et pour lesquels la lecture (de livres) demeure une activité parmi d'autres, bien souvent la plus faible en temps passé..."

Commentaire : Merci Hubert Guillaud de poser cette question essentielle !
Cette même question est d'ailleurs à l'origine de ce blog !
Elle DOIT être LA question que tous les libraires doivent se poser aujourd'hui !!!
Et ce blog n'est qu'une modeste contribution à des hypothèses de réponses...
Mais pour reprendre ce que je disais avant, un support polyvalent ne peut (doit)-il pas favoriser la proximité des contenus numériques et donc leur accès ?

Il y a déjà longtemps que j'encourage les libraires à s'équiper de tablettes.
Mais pas uniquement comme support de lecture, mais également comme outils d'aide à la vente.
La tablette, ou l'écran mobile en général, est le support de partage par excellence.
Outre le fait de l'utiliser et donc d'exceller dans sa manipulation, il peut convaincre le client de l'acheter en proposant des contenus plus ou moins enrichis, renforçant ainsi sa position de prescripteur.
Sauf que...

Sauf que... Où peut-on télécharger des ebooks en epub3 enrichis ?


Et je ne peux m'empêcher de penser que les libraires ne s'occupent pas assez de ces questions...
Suite à mon billet sur le POD vu par Hachette et la BNF, il y a fort à parier que nous passerons prochainement d'une chaine de livre papier traditionnelle et pyramidale (verticale) à une plate-forme horizontale du livre numérique.
Car l'"horizon" est celui du web.

Donc parler de librairie cross canal, c'est anticiper le commerce cross canal qui s'installe aujourd'hui dans tous les commerces, et c'est ajouter pour le libraire une nouvelle expérience de vente à son client, lui permmettant d'explorer un nouveau champ de lecture qu'est le numérique.
Et qui mieux que le librairie pour accompagner le client dans la lecture papier et numérique ?

La définition du métier de libraire au XXIème siècle est celle-ci :

"Comment apporter la lecture à ceux qui ont des dispositifs leur permettant de tout faire et pour lesquels la lecture (de livres) demeure une activité parmi d'autres, bien souvent la plus faible en temps passé..."

Merci Hubert de nous le rappeler.

Je vous laisse découvrir cette étude que je suis en train de lire :
Seule petite remarque... parmi les interviewés, pas de libraires... Un signe ?






Le livre et la lecture vous tiennent en joie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire