La librairie est morte, vive la... ?

La quoi ?
Le monde de la librairie vit une mutation sans précédent, le commerce électronique et la dématérialisation du livre .
Comment les libraires doivent-ils s'adapter à cette nouvelle donne ?
Si la librairie d'aujourd'hui est morte, alors quelle sera-t-elle demain ?

vendredi 28 juin 2013

POD & librairies

"Et ça continue encore et encore, c'est que le début, d'accord, d'accord..."

Cabrel, "Encore et encore", allez, je suis sûr qu'il y a plein de fans parmi vous ;)

Cependant, il va falloir s'habituer à ce refrain.

J'en veux pour exemple la dernière offre couplée d'Hachette et de la BNF.
Merci à Elisabeth Sutton , pour cette info, qui prolonge effectivement les autres annonces d'Edilivre et de Chapitre.

Je vous invite à découvrir l'animation ci-dessous, très bien réalisée :




Un service très intéressant pour tout le monde : le client, le libraire, l'éditeur (diffuseur, distributeur, imprimeur) Hachette, et la BNF.
L'idéal, non ?
Mille excuses par avance mais à la vue de cette vidéo, je me sens obligé de poser la question :

Ce qui est possible pour les livres anciens et non disponibles (Cf. ReLire), l'est forcément pour tous les livres... non ?

L'intérêt de cette solution est de réduire considérablement le coût du stock, à la fois chez le libraire mais aussi chez le distributeur...
J'en avais déjà parlé dans ce billet, à lire ici, en pointant bien sûr l'EBM (Expresso Book Machine) et même les imprimantes 3D, que nous retrouverons, je vous le parie à la Fnac pour le prochain Noël.

Ayant animé plusieurs séminaires sous forme d'atelier, voir par exemple au BookCamp 2011 (et oui déjà), Atelier 16, je proposais d'imaginer la librairie en 2050, alors que le marché du livre était passé à 100% en numérique.
Imaginer le livre et la lecture, sans papier, c'est revoir profondément les métiers qui y sont liés...
Encore une fois, et je l'ai déjà dit, je ne suis pas inquiet pour le livre et la lecture, mais plutôt pour les métiers (s'ils n'accueillent pas le changement) qui s'y rapportent (imprimeurs compris).

Déjà dans mon ouvrage, j'avais fait un minuscule paragraphe sur l'impression à la demande.
Ce service d'Hachette (tiens on parle "service"), prouve que technologiquement, toutes les conditions sont réunies pour lancer le processus à grande échelle.

Alors...
Quid de la distribution, ces grands centres "consanguins" des éditeurs (en France) ?
C'est un autre sujet...

Je vous laisse découvrir une présentation intitulée "Print on Demand & Lean printing" d'un grand monsieur que j'ai eu la joie d'inviter et de rencontrer au salon pour Le Futur du livre à Chenôve en avril dernier : Yves d'Aviau de Ternay.
C'est une des personnes les plus en avance, me semble-t-il sur la synthèse internationale de ces évolutions, voir son blog Yat & Print média :



Et ici le POD vu par BeeBuzziness (et c'est Français et Rhône-Alpin !): rapide, économique et écologique :



Le livre et la lecture vous tiennent en joie !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire